Soutien à Hugues berger Maraicher à Germolles-sur-Grosne

Hugues Berger est maraicher à Germolles-sur-Grosnes il fait parti de l’AMAP locale et est pratique la culture Bio.

Suite à un aménagement d’un cours d’eau traversant l’une de ses parcelles.

Le détail est à lire ICI

La situation d’Hugues Berger devient délicate suite aux décisions du tribunal, décisions au demeurant très pénalisantes.

Voir l’article, ci-dessous, paru dans le JSL du dimanche 23 octobre.

Une soirée de soutien est organisée par plusieurs associations samedi prochain 29 octobre à Cenves (69).

Les informations pour se rendre à cette soirée de soutien

Télécharger (PDF, 1.13MB)

Publié dans Actualités, On en débat! On en discute! | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Mokaïesh et Lavilliers: avec les ouvriers, les précaires et les migrants en chanson

A voir sur Mediapart

https://blogs.mediapart.fr/philippe-corcuff/blog/150916/mokaiesh-et-lavilliers-avec-les-ouvriers-les-precaires-et-les-migrants-en-chanson

ou sur Youtube

Publié dans Actualités | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Après les attentats: Comprendre pour agir efficacement!

Après la série d’attentats dramatiques que nous venons de connaître il est urgent de comprendre la situation pour agir efficacement et éviter d’hurler avec les loups ou de seulement compatir sans proposer des axes de travail pratique.
Je met en ligne un article de François Burgat publié dans Médiapart de ce jour.

Cet article aborde la question des attentats sous un regard très différent des acteurs  politiques que l’on entend en continue sur les chaines d’infos.

Sa lecture ne coule pas simplement elle demande un effort mais je vous  invite à en faire l’effort, la teneur et la réflexion en vaut la peine surtout en ce moment pour nous permettre de dégager une approche pertinente de cette grave crise qui nous secoue.

Bonne lecture

Télécharger (PDF, 228KB)

Publié dans Actualités, On en débat! On en discute! | Laisser un commentaire

Quand la gauche se réinventait, Le PSU, histoire d’un parti visionnaire, 1960-1989 de Bernard RAVENEL

9782707188892-small227

Je viens de finir cet ouvrage, intéressant à plus d’un titre. La lecture que j’en ai faite avec le prisme de ma petite lorgnette me laisse à la fois un goût amer et des raisons d’espérer.

Dans un article précédent sur le site  dans l’article : MOCH 1948 et VALS 2016 le même combat à 70 ans d’intervalle

J’avais écrit « L’histoire ne se répète pas, elle bégaie »

Un exemple page 275

Vital MICHALON mort à Creys-Malville un 31 juillet 1977 par une grenade offensive, déjà ou encore et toujours !
Rémy FRAISSE un 26 octobre 2014 à Sivens
Mais surtout je suis sidéré de constater que depuis des décennies des tentatives d’alliances sont faites autour de « programmes communs » sur lesquels on s’étripe pour savoir si on va nationaliser 2 entreprises et ¾ ou 2 entreprises et 1/2 .Mais le fond du problème n’est pas abordé ou est éludé, la remise en cause du système capitaliste et son corollaire, les institutions dites représentatives.

Les raisons d’espérer :

Je les trouve dans la concordance des réflexions que nous a fait partagé Alain dans son article sur le site  : L’état de ma réflexion dans la situation actuelle, avec cet ouvrage.

Et aussi dans la mise en perspective historique des tentatives de rassemblement qui n’aboutissent pas car les programmes aussi sympathique soient- il, ne sont jamais complètement appliqués et donc sont sources de désillusions. De plus le système de représentations entraine forcement des querelles de chapelle, chacun désirant avoir les plus possible de représentants élus. On ne peut pas dire que l’on ne connaît pas les causes des échecs successifs des gauches au pouvoir et de l’accès des gauches au pouvoir. La rupture se fera forcement par, d’abord une remise à plat des institutions afin de redonner le pouvoir au plus grand nombre et agir pour l’intérêt de tous.

logo-orange-bleu

Publié dans Actualités | Marqué avec , , , , | Un commentaire

L’état de ma réflexion dans la situation actuelle

J’ai éprouvé le besoin de faire le point par écrit. Cette réflexion  n’engage que moi bien évidemment

Télécharger (PDF, 216KB)

Publié dans Actualités, On en débat! On en discute! | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Comment l’Europe a pesé sur la loi El Khomri

Médiapart a publié un article intéressant sur la façon dont l’Europe a pesé sur la Loi Travail.

Télécharger (PDF, 207KB)

Publié dans Ce qu'on ne vous a jamais dit, On en débat! On en discute! | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Chronique d’une haine extraordinaire. Je hais le foot. J’abhorre le culte du ballon rond….

Un billet publié sur les blogs de Médiapart par Juliette KEATING

Blog ou elle nous fait toujours des textes non seulement bien écrit, mais que  je trouve très pertinents et justes.

Télécharger (PDF, 73KB)

Publié dans Actualités | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

La Démocratie contre la République. L’autre histoire du gouvernement du peuple

Sous ce titre justement provocant la fondation Gabriel Péri organise une rencontre pour en discuter

Lundi 20 juin 2016 de 18h30 à 20h30 Fondation Gabriel Péri

Une approche iconoclaste et inhabituel qui peut être “rafraichissante” en terme d’idées.

Publié dans On en débat! On en discute! | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Lettre de Roger Martelli à JL Mélenchon

Roger Martelli, du mouvement Ensemble, rédacteur de Regards a publié une lettre en son nom propre écrite pour Jean-Luc Mélenchon.

Voici la lettre

Télécharger (PDF, 49KB)

Publié dans Actualités, On en débat! On en discute! | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

MOCH 1948 et VALS 2016 le même combat à 70 ans d’intervalle

L’histoire ne se répète pas, elle bégaie. Social traitre depuis longtemps

Aujourd’hui : …

Sur MEDIAPART : Valls et Cazeneuve poursuivent l’escalade policière

Hier : …

A voir un petit film d’archive réalisé par :

La fédération des Travailleurs du sous-sol présente / La grande lutte des mineurs/ Réalisé bénévolement par les techniciens et les travailleurs de l’industrie du film (C.G.T.). RPC N° 56757

LA GRANDE LUTTE DES MINEURS

De la lecture vu sur ce blog :

http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/08/21/30449433.html

ou lire ci dessous

Socialistes et violence d’État

 

mines

Grève des mineurs 1948 – occupation militaire des corons

On a peine à imaginer aujourd’hui la violence des conflits politiques et sociaux des années 1947-1950 en France, et particulièrement la violence de la répression exercée par les gouvernements “Troisième Force” (socialistes, radicaux, M.R.P). Années où le souvenir de la violence des années de la guerre n’était pas éteint. Années du déclenchement de la Guerre froide et de la scission irrémédiable de « la Gauche ». Années d’une combativité ouvrière exacerbée par les très dures conditions de vie de l’immédiat après-guerre.
Des centaines de blessés, d’emprisonnés, d’expulsés (travailleurs étrangers), des milliers de licenciés… et des morts :
Le cheminot Puzzoli, ancien F.T.P,  est matraqué à mort par la police le 28 octobre 1947 lors d’une contre-manifestation communiste devant la salle Wagram à Paris.
Lors des grandes grèves de la fin 1947, à Valence (Drôme), le 4 décembre, le cheminot Penel (père de trois enfants), l’ouvrier du parc d’outillage Chaléat (père de trois enfants), sont abattus par les balles des C.R.S qui s’opposaient à l’occupation de la gare par les grévistes. L’ouvrier du bâtiment Justet (père de trois enfants), blessé par balles, décèdera peu après. À Marseille, l’ouvrier Bettini, 23 ans, ancien déporté à Dachau, est abattu par balles par un policier devant son piquet de grève à l’Estaque à Marseille, le 8 décembre.
En octobre 1948, lors de la grande grève des mineurs d’octobre-novembre, nouvelles violences policières. À Alès, l’ouvrier Chaptal est blessé à mort lors d’une manifestation de soutien aux mineurs. À Merlebach, le mineur Jansek est matraqué à mort par les C.R.S. À Firminy, au puits Cambefort, le mineur Barbier est tué par les balles des C.R.S. Le mineur Goïo, également blessé par balles, décèdera peu après. On ergotera sur l’origine des balles : 24 correspondants et photographes de presse français et étrangers signèrent une déclaration contredisant l’affirmation du ministre François Mitterrand, selon laquelle les grévistes auraient tiré les premiers sur les CRS. 
Dans la nuit du 12 au 13 décembre 1948, à Saint Mandé,  André Houillier, combattant des deux guerres, abattu d’une balle dans le dos par un policier alors qu’il collait une affiche de Fougeron (interdite) pour la paix. 
En avril 1950 encore, à Brest, lors d’une manifestation d’ouvriers du bâtiment, Edouard Mazé, 27 ans, est abattu par balles… 
Le principal artisan de cette répression fut le socialiste Jules Moch (1893), ministre de l’Intérieur de novembre 1947 à février 1950, qui assumera jusqu’à sa mort (1985) l’usage de cette violence d’État contre le “péril rouge”. Ne parlons pas de l’ondoyant François Mitterand, qui d’ailleurs n’était pas socialiste à l’époque, mais on ne peut pas ne pas mettre en balance de cette violence l’immédiat passé de Jules Moch, socialiste qui prend dès les années 30 ses distances avec le marxisme, mais ferme républicain, ministre du Front populaire, actif dans l’aide à l’Espagne républicaine, hostile aux accords de Munich qu’il acceptera seulement par discipline, refusant les pleins pouvoirs à Pétain en 1940, résistant, combattant de la France Libre… Ceci dit pour prendre la mesure du fossé qui s’était plus que jamais creusé entre les socialistes et les communistes en ces années du début de la guerre froide.
Cette violence par rapport aux “ennemis de l’intérieur”, pour terrible qu’elle ait été, pèse certainement peu au regard des innombrables victimes de la guerre coloniale en Indochine, initiée à l’automne 1946, au regard des dizaines de milliers de victimes de la répression de l’insurrection malgache, à partir de mars 1947. Extraordinaire violence coloniale longtemps passée aux oubliettes de l’Histoire, hormis les travaux de quelques courageux spécialistes. Et violence assumée sans états d’âmes particuliers par la totalité des ministres des gouvernements d’après la Libération, socialistes au premier chef, hormis les ministres communistes qui, longs à prendre la mesure de ce qui se jouait outre-mer, prenaient quelques distances tout en veillant à demeurer dans la coalition… Jusqu’à ce que le Président socialiste les en chasse…
Rappeler ce passé n’est pas régler des comptes, mais peut certainement aider à ne pas présenter, comme c’est trop souvent le cas aujourd’hui, une Histoire dichotomique, les méchants Stals d’un côté, les gentils réformistes de l’autre…

Publié dans Actualités | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire